jeudi 31 décembre 2015

Chaussures de running, l'embarras du choix

Quand on fait de la course à pied son sport ou loisir favori, le problème de la chaussure se pose très vite.

Mais quelle chaussure de running choisir ? quels sont vos besoins ?

Outre le terrain de jeux, je pense que beaucoup achète les chaussures en fonction de leur foulée. Universelle, pronatrice, supinatrice, cette caractéristique de foulée est connue par la grande majorité des pratiquants et ne date pas d'hier. Elle est d'ailleurs bien compréhensible cette caractéristique et on comprend très rapidement son intérêt.

Mais depuis quelques temps, le marketing des marques nous gratifie de nouvelles notions tout droit sorties des services de R&D, toutes censées vous apporter plus de conforts, de performances, et diminuer le risque de blessures.


Drop, Toebox, Toespring, cushioning et d'autres termes propres à chaque marque, nous sommes matraqués de termes anglicismes qui prônent les vertus de chaussures faites pour vous.

La chaussure de running s'adapte à vous, contentez-vous d'être naturel, enfin de courir naturellement quoi...Ben voyons...

Laissez-moi vous faire un petit exercice de style et vous parler avec u n vocabulaire comme on pourrait l'entendre entre Runners (heu, coureurs)...

Perso, j'ai une attaque médio-pied, je pense que des chaussures à faible drop sont idéales pour moi vu que j'attaque pas du talon. Mais pour la toebox, avec mes pieds fins, je préfère les chaussures plus étroites de l'avant pour pas que ça flotte, mais pas trop fin non plus, faut que les orteils respirent. J'ai pas forcement besoin de beaucoup de cushioning sur l'arrière, j'vais gagner en poids donc. Mais attention, je veux pas du minimalist, je crains un peu des genoux et je préfère les semelles qui absorbent les chocs et empêchent les vibrations verticales du à l'impact du pied sur le sol. Le BareFoot, j'peux pas, mes genoux aiment pas. J'ai vu les dernières Mizuno Hitogami 2. Elles ont l'air parfaite pour moi, bien au ras du sol, en plus, le toeSpring est top et à mon avis, permet une relance du feu de dieu. Je crois que c'est les meilleures Racers du marché actuellement. 
Vous croyez que cette conversation, c'est de la science-fiction ? Non, et croyez-moi, j'aurai pu parler de la sorte.

Comment les marques et magasins de sport nous vendent les chaussures ?

Prenons un exemple sur le site Internet d'une enseigne spécialisée dans la vente de chaussures de running et regardons de plus prêt un argumentaire de vente pour une chaussure de running route. Je prendrai ici comme exemple une paire de chaussures que je viens d'acheter, la Mizuno Hitogami 2. Je vous mets ici un extrait de  l'avis des spécialistes de l'enseigne sur cette chaussure.

Taillée pour la vitesse, vous appréciez son amorti structuré avec la plaque Wave au talon et de sa matière U4IC sur tout le long de la semelle intermédiaire. Vous bénéficiez d'une absorption des chocs performante et d'un amorti tout en souplesse et légèreté.
Vos phases d'attaque sont améliorées grâce aux rainures Smooth Ride sur la semelle extérieure qui vous procurent une très grande flexibilité. Le G3 Sole à l'avant se charge d'assumer votre prise de vitesse en vous apportant une accroche plus agressive.
Avec ça, on est bien avancé non ? Le pire, c'est que ça marche. La machine marketing est bien huilée, bien aidée par l'outil Internet. Ho bien sûr, on ne fait pas attention à tous les termes et on ne retient que ce que l'on veut.
Toutefois, je crois que quand on aime la CAP, on est attentif à ce qu'il se passe sur le marché. On regarde les marques, ce qu'elles font, et forcément, nous sommes tous atteint, à un degré plus ou moins grand, par les discours des services marketing des marques. Face à l'embarras du choix, on se renseigne, et c'est là que la machine nous atteint.

Mais cette chaussure que je viens d'acheter, tiendra t'elle toutes ses promesses ?
On en reparlera très bientôt sur ce blog



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire